• Les alternatives non médicamenteuses de la prise en charge de la douleur

     

    Dans le traitement de la douleur, il faut associer les thérapies médicamenteuses à d'autres non médicamenteuses chaque fois que cela est possible.

    Ainsi, il existe plusieurs alternatives aujourd'hui dont on ne parle pas encore assez souvent, moi en 1er ! J'y avais fait allusion dans mon compte rendu de formation, mais je vais en reparler un peu plus ici. Cependant, il n'existe pas, ou très peu d'études sur les thérapies non-médicamenteuses, et la liste que je propose ci-après n'est pas exhaustive.

    Les différents traitements adjuvants que l'on peut proposer dans la prise en charge de la douleur:<?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    -       La Stimulation thermique (chaud / froid) : mais attention aux risques de brûlures ! De plus, le froid peut entraîner des contractures. Il ne faut jamais mettre du froid sur des rhumatismes ou des douleurs de polyarthrite. N'utilisez pas ces méthodes sur de trop longues durée pour garder une certaine efficacité (froid : pas plus de 30min, chaud : pas plus de 40° et jamais plus de 20min). le soulagement doit être immédiat.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    -        Stimulation électrique : La neurostimulation transcutanée: elle pallie aux coupures des fibres neurologiques (douleurs nociceptives ou neurogènes). <o:p></o:p>

    TENS : Trans-cutané électro neuro stimulation. Fréquence jusqu’à 100 hertz. Efficacité sur la douleur entre 75 et 100 Hz. La prescription se fait pour 15 jours, c’est en vente libre. Contre indications : pacemaker, femmes enceintes, proximité d’un portable, d’un micro-ondes…). On évalue au départ, puis tous les 3 mois. Efficacité de 2 à 4 points sur une EVA<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    -       Stimulation mécanique : kinésithérapie, massages, changements de positions…<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    -       Physiothérapie : le principe est d’apporter une stimulation sensitive qui passe avant la stimulation douloureuse. Ça n’est qu’un paravent. On  utilise ainsi les algues, la boue, l'antiphlogistine… La Physiothérapie peut être associée à de la neurostimulation, des vibrations… Il n’y a pas de durée dans le temps : ponctuellement, les espacer ou les modifier

     

    -    L'ergothérapie peut participer au traitement de la douleur en améliorant par exemple les installations au lit et au fauteuil, ou en apportant des aides techniques comme les orthèses, les prothèses, etc... De plus, elle peut apporter une composante psychologique non négligeable à la prise en charge par l'adaptation du lieu de vie, l'amélioration des conditions de la vie quotienne, et des activités artisanales, ludiques...

     

    -        Hypnose<o:p></o:p>

    -        Homéopathie <o:p></o:p>

    -        Relaxation, sophrologie

    -     Musicothérapie (méthodes de relaxation)

    -     Balnéothérapie

    -        Magnétiseurs / acupuncture / ostéopathie

    -     aimants anti douleur

    -        Soutien psychologique, relation<o:p></o:p>

    -        Matériel (confort d’installation)<o:p></o:p>

    -        Temps : plus on accorde de temps aux personnes que l'on prend en charge, plus celle-ci est efficace : gestes moins brusques, écoute, ...

     

    -    il est imortant aussi de rappeler que la communication non-verbale tient une place primordiale, en particulier dans la prise en charge de personnes inconscientes ou qui sont dans l'incapacité de s'exprimer. Il faudra ainsi faire attention au ton et au rythme de sa voix, au positionnement corporel du soignant par rapport au soigné, au regard, au toucher, aux odeurs, et aux explications données au patients lors des soins.

     

      


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :