• Soignants et douleur

    trouvé sur le site : http://asso.nordnet.fr/valenciennes-douleur/

    Soignants et douleur


      Docteurs Philippe Granato, Simon Frangie


     

    SOIGNANTS ET DOULEUR

    Faire le point

    "Il a mal. Il a encore mal"

    "C'est toujours pareil, il a mal"

    Ces mots suffisent-ils ?

    Non. Soyons des professionnels

    Monsieur C. a des douleurs dans la jambe droite empêchant toute mobilisation, il dit : "j'ai la jambe comme un chiffon mou, j'ai l'impression qu'une grosse pince me brise la cuisse et je ressens des décharges électriques tout le long du mollet".

    Entre 0 et 10, il situe sa douleur à 8 au repos, 10 à la mobilisation.

    L'antalgique que nous lui donnons toutes les 6 heures ne le soulage que 2 heures. Il a mal dormi, perd l'appétit. Ce matin, il est agressif, ne veut pas discuter, son visage est crispé, il n'a pas le moral.

    Et voilà, c'est simple :

    .localisation

    .description réalisée par la personne qui souffre et qui aide à reconnaître le type de douleur (ici désafférentiation et excès de nociception)

    .intensité

    .temps d'efficacité du traitement

    .répercussions de la douleur sur sa qualité de vie

    sont autant d'éléments qui vont permettre au médecin d'adapter un traitement et d'en évaluer l'efficacité.

    Mais encore en tant que soignants, avons- nous fait attention :

    .aux gestes quotidiens
    .à l'installation confortable

    . à l'environnement calme
    .aux soins personnalisés ?

    Soulager oui mais encore
    Il ne faut pas oublier que la relation privilégiée, appelée relation d'aide, a des vertus thérapeutiques pour une personne qui a mal :
    .l'aborder avec une attitude tranquille, disponible, lui laisser le temps de parler va lui permettre d'exprimer ce qu'elle ressent
    .l'inviter à parler en lui montrant notre disponibilité à l'écouter par un regard, un signe, une parole "je viens parler avec vous
    ."Comment vous sentez-vous ?" cette question simple ouvre la porte au dialogue
    .reformuler ses propos va lui renvoyer que nous le croyons, que nous percevons ses ressentis douloureux

    Cela permet à la personne de se sentir écoutée~ Elle est en confiance et peut exprimer librement ce qu'elle ressent cela la libère.

    C'est l'ensemble de cette démarche qui permettra de prendre en compte et de répondre aux besoins du patient.
     

    Petit exercice
    Et voilà, inversons les rôles.

    Isolez-vous 5 minutes

    C'est vous la personne soignée, vous êtes très mal, vous voyez le personnel courir.

    N'en pouvant plus vous interpellez un soignant:

    "je souffre et personne ne me dit rien"

  • Qu'aimeriez-vous entendre comme réponse ?

    Le groupe

    Kinésithérapeutes, infirmiers, puéricultrices, nous nous efforçons de promouvoir le rôle des soignants dans la prise en charge de la douleur.

    Projet en cours

    Une enquête auprès de 750 à 800 personnes soignées pour mettre en évidence les maux provoqués par nos soins quotidiens, savoir ce qu'elles en pensent.

    Vous êtes venus nombreux à la journée "douleur". Votre présence, vos questions, vos remarques vont nous permettre de repenser nos gestes de tous les jours.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :